retour à 1ère étape

Bozuk Buku:    ou l'ancienne Loryma

 

Photo Alain Perruchot

Les voiliers  sont bien gardés !!!

 

Le 13 mai, depuis la monumentale forteresse cyclopéenne.

 
   

De Karacaören à Bozuk Buku, une longue route, pour un raccourci

50 miles, mais qui évitent d'avoir à rentrer sur Fethiye, Gocek, ou pire Marmaris, ce qui rallongerait la route.

Fethiye et Gocek, méritent un traitement à part, tant les sites sont extra ordinaires, mais, là on appuyaient sur l'accélérateur, nous étions attendus à Istanbul !

Quand à Marmaris, sauf besoins de réparation lourds, on évite. D'une part,  on va se fourvoyer au fond d'un golfe, d'où il faudra ressortir avec du vent debout, et quelques fois assez fort, d'autre part, nous n'aimons pas, cette ville totalement dédiée au tourisme de masse.

   
 
Une anecdote, sur Gocek, un bateau Belge passant par là, communique sur son site web:

"Ici, une majorité des Turcs nous adressent la parole en anglais, pire, ils sourient d’un air condescendant quand nous les saluons en turc… pourtant, on aime bien nous les merhaba, tamam, evet et autres teşekkür ederim."

Cà, c'est tintin au Congo. C'est du néocolonialisme idiot, que d'écrire de pareilles âneries. Nous sommes en Turquie, pays émergent, qui lutte pour son développement, fier de l'énorme progrès réalisé par son système éducatif.

Quand ils vous saluent en anglais, ils sont tous simplement fiers de vous montrer qu'ils savent parler cette langue. Faites leurs plaisir, répondez leur en anglais. C'est quand même pas sorcier à comprendre çà... Enfin...

 
     
  La monumentale forteresse cyclopéenne

Quand on arrive, on ne voit qu'elle: énorme, et bien conservée. La première réaction est de se dire: les habitants de l'ancienne Loryma savaient se protéger des envahisseurs.

Et bien, ce n'est pas tout à fait celà. Je tiens l'explication de Jean Marc, S/Y Padisah. Et j'adore ce genre de raisonnement biaisé. La forteresse, n'a pas été construite pour protéger les habitant de Loryma, mais pour les surveiller:

Quelques siècles avant JC, la petite ville grecque de Loryma, prospérant et s'enrichissant, son roi décide tout simplement d'aller envahir l'île de Rhodes, en face, à quelques miles. Et hop, sitôt dit, sitôt fait, on construit de bateaux, on embarque des guerriers farouches, et on file débarquer sur Rhodes.

Petit problème, Rhodes est une grande île, puissante et bien armée. Les envahisseurs sont vite mis en déroute, le roi présomptueux gravement massacré, et les quelques survivants éclopés, s'en retournent, la queue entre les jambes, vers Loryma.

Deux ou trois générations plus tard, Loryma s'étant relevé, et prospérant à nouveau, son roi, le petit fils de l'autre, décide d'aller envahir Rhodes ... Faut être têtu, non ???

Et rebelote, les envahisseurs ramassent une branlée d'anthologie, et le petit roi massacré comme son grand père.

Mais là, les habitants de Rhodes çà les a agacés grave... Alors, ils ont réunis quelques maçons, quelque marins, quelques bateaux et quelques soldats, pour aller construire la forteresse  de Loryma, et y entretenir une garnison. Cà a calmé les habitudes belliqueuses des lorymiens !!!!

 
     
  Un point de détail sur le mouillage

La baie est grande, et on trouve plusieurs mouillages possibles

  • le 1er, recommandé par Rod Heikell, tout de suite à gauche sous la forteresse, est le meilleur pour la visiter. Je ne suis pas très certain de la solidité du ponton et des pendilles. Mais enfin, il a du succès, c'est toujours "full", du moins en saison.
  • Il y a de nombreux autres pontons restaurants. Vous aurez aussi la possibilité de prendre une bouée. Il y aura toujours quelqu'un pour vous assister.
  • Personnellement, nous préférons, les mouillage du fond de la baie, près de l'anciene Loryma (il reste quelques vestiges). Soit en mouillage sur votre ancre sur des fonds de 10 à 15 mètres qui tiennent bien, du moins, pour nous... Soit au ponton, ou à une bouée du restaurateur avec qui j'ai eu des mots, il y a quelques années, au sujet de son appropriation du domaine public. Depuis, on est très copains, sans blague !!! On n'y mange jamais, mais j'y vais toujours boire coup, et le saluer...
  • Le point de vue depuis le fond de la baie, est fabuleux. Tranquilles, vous serez, pas de boite de nuit, pas de ramdam... Seulement quelques ânes, dont le braiment, vous signalera une source d'eau douce, en mer, aux pieds de la falaise, là ou ils viennent boire !!!
  • Des braiments certes, mais,  pas de téléphone, pas de VHF, BLU minable, et Navtex illisible. Ici, vous êtes loin de tout, sauf des ânes... Mais, est ce que çà change beaucoup ????